Vide

Total : 0,00 €
Jérôme de Gramont Franz Kafka Phénoménologie essai Institut Catholique de Paris

Kafkabuch

196 p. Broché.
Collection:
Essais
21,00 €

     Au nombre des évidences difficiles à révoquer, il y a que nous sommes au monde. Au nombre des évidences difficiles à avouer mais qu’il faut bien tenir pour telles, il y a que souvent nous y sommes mal. A l’expérience littéraire il revient de témoigner non seu­lement de la possibilité d’habiter la terre, poétiquement, mais aussi de cette possibilité adverse d’exister dans un monde en ruines. Sur cette dualité et dissymétrie de l’habitation et du désastre, les récits de Kafka sont riches en leçons, et cela quand bien même ils ne diraient rien de l’habitation en tant que telle, ne décriraient jamais le paradis perdu (forcément perdu) ou la terre promise (à jamais promise). Celui qui vit dans un monde détruit comprend davantage ce que signifie être présent au monde.

C’est ainsi que les récits de Kafka montrent « l’homme qui n’a plus de monde et qui, dans cette absence de monde, essaie cependant de trouver les conditions d’un séjour véritable » (Maurice Blanchot).

Mais quand peut-on dire d’un homme qu’il est privé de monde ? En toute rigueur jamais, tant du moins qu’il est encore en vie. Le monde est ce qu’il y a toujours, même s’il se présente à nous sous la figure de la ruine, des décombres ou du désastre. Le monde est ce que nous ne pou­vons pas perdre, mais le rythme du monde oui, ou celui du même coup de notre existence, car tout de notre existence alors s’effondre et aucune voix ne peut plus nous atteindre sans être en même temps brisée. Les récits de Kafka nous montrent ce que devient l’existence au moment de perdre le rythme du monde.